Accueil
 
Dernière Minute
 
L'Association
 
Saison 2018-2019
 
Saison 2017-2018
 
Saison 2016-2017
 
Saison 2015-2016
 
Printemps 2015
 
Le Festival 2014
 
Le Festival 2013
 
Le Festival 2012
 
Le Festival 2011
 
Le Festival 2010
 
Devenez mécène
 
Soutiens
 
Sites Amis
 
Contact
 
Infos Pratiques
 
Les Offenbachiades
 
Publicité
Le Festival 2011


Le programme complet

(Cliquez sur l'image)

 

CROQUEFER ou le Dernier des Paladins

Directeur Artistique: Jean Christophe Keck 

  Metteur en scène: Franck THEZAN

Le 12 février 1857, Offenbach fait représenter dans son théâtre des Bouffes-Parisiens (salle Choiseul) un nouvel opéra bouffe en 1 acte : Croquefer ou " Le dernier des paladins ".

La pièce fut interdite la veille de la première, car elle comportait 5 personnages au lieu de 4 autorisés. Malgré les démarches, Dame Censure ne cède pas. 

Les auteurs ont alors une idée ingénieuse. Ils imaginent que l’un des personnages (Mousse-à-Mort) avait eu la langue coupée dans un combat contre les Sarrazins. Les phrases qu’il devait prononcer étaient inscrites sur des panneaux qui étaient lus par les spectateurs le moment venu. Dans la partition, Offenbach remplaça le texte par des aboiements.

Les auteurs se mirent ainsi les rieurs de leur côté et la Censure donna son accord.

 

Argument

Le "dernier des paladins", Croquefer, est en lutte depuis 23 ans avec Mousse-à-Mort ; mais, ruiné totalement, il serait disposé à accepter une paix peu glorieuse, n'était son écuyer Boutefeu, plus soucieux de l'honneur de son maître que ce dernier lui-même. Or Croquefer a capturé Fleur-de-Soufre, la fille de Mousse-à-Mort, qui aime le neveu de Croquefer, Ramasse-ta-Tête, et est aimée de lui. Une trêve étant intervenue, chacune des parties à ce conflit fait boire à l'autre, dans un vin d'honneur, un "poison des Borgia" fatal, qui est en réalité un violent purgatif. Dès la reprise des hostilités, menées par une armée de cuisinières muettes et de personnages en bois et en carton, la médecine fait son œuvre et chacun court... s'isoler. Mais voilà qu'une lettre arrive : nous apprenons que les auteurs de Croquefer viennent d'être enfermés à l'asile d'aliénés de Charenton ! 

© 2018